Marquese Scott, ce danseur extraordinaire américain qui danse sur du dubstep et que vous suivez certainement, vient de publier une nouvelle vidéo sur You Tube dans laquelle il rend une fois de plus hommage à Michael Jackson et cette fois-ci sur Smooth Criminal.

Pour ceux qui découvriraient cet artiste connu également pour sa superbe prestation sur Beat It, sachez qu’il n’y a pas de ralenti ni d’images saccadées dans ce clip et qu’il s’agit uniquement de la qualité de la danse de Marquese Scott qui rend ces effets visuels.

Cela faisait 4 ans que Marquese Scott avait ce projet en tête concernant Smooth Criminal et vous pouvez dès maintenant le visionner ci-après.

Ou sur You Tube.

Les fans de Michael Jackson et des Jackson 5 connaissent bien le magazine américain SOUL dont de très très nombreuses Unes furent consacrées à Michael et toute la famille Jackson pendant les années 70.

Et bien sachez que pour célébrer les 50 ans de la naissance du magazine, Soul Newspapper a décidé de publier un nombre extrêmement limité de numéros originaux du Soul Illustrated du mois d’avril 1971 en excellent état.

Ce numéro qui met en vedette les Jackson 5 contient également des articles sur Roberta Flack, Jimmy Hendrix, Isaac Hayes, Smokey Robinson et bien d’autres.

Pour la petite histoire, le magazine Soul existait de 1966 à 1982 et fut l’une des premières publications de musique noire de Los Angeles. Posséder des numéros d’un tel magazine permet de se replonger dans l’HIStoire de Michael Jackson et des Jackson 5 comme si vous y étiez.

C’est en 1969 que le magazine publia sa première présentation des Jackson 5 dans son édition du 8 septembre et le groupe fit la UNE du magazine dès le 1er juin 1970. MJFrance vous a proposé de nombreux retour en arrière comme pour le numéro du 30 novembre 1970 que vous pouvez retrouver ici.

Enfin pour tout ceux qui possèdent le double album Live At The Forum, le magazine avait à l’époque fait un compte rendus des deux concerts et nous vous parlions de tout cela en 2010 ici.

Si les années passent vite, cette publication en nombre extrêmement limité de ce numéro spécial Soul Illustrated d’avril 1971 vous permettra très certainement de vous replonger une fois de plus dans l’HIStoire.

Vous pouvez passer commande de ce magazine de 66 pages sur le site officiel au prix de 50$ + frais de port.

L’album Farewell My Summer Love sorti en 1984 sera réédité en CD le 24 août 2018. En 1984 et profitant du succès de Michael Jackson avec Thriller, la célèbre maison de disque Motown décida alors de sortir un album composé de chansons inédites enregistrées entre janvier et septembre 1973.

1. Don’t Let It Get You Down
2. You’ve Really Got A Hold On Me
3. Melodie
4. Touch The One You Love
5. Girl You’re So Together
6. Farewell My Summer Love
7. Call On Me
8. Here I Am (Come And Take Me)
9. To Make My Father Proud.

Voici la traduction du texte qui se trouvait alors au dos de cet album. Texte signé Don Waller et traduit par Birch.

Michael Jackson est un phénomène, mais son effet ne dure pas qu’une nuit ! Depuis les millions de disques qu’il a vendus chez Motown en tant que leader des Jackson 5 (« I want you back », 1969) à son statut actuel de chanteur numéro 1 et plus grande star du clip vidéo d’Amérique, le jeune homme de 25 ans né à Gary, dans l’Indiana a grandi sous l’oil du public depuis 15 ans.

Depuis plus longtemps que ça, en fait. Michael a commencé à chanter professionnellement avec ses grands frères Jermaine, Marlon, Jackie et Tito à l’âge de 5 ans. Le groupe a enregistré au moins trois singles pour des labels locaux avant de chanter chez Motown, où ils ont enchaîné quatre singles numéro 1 – pop et R&B – consécutifs : « I want you back », « Abc », « The love you save » et « I’ll be there ». En 1971, Michael a commencé à faire des disques en solo. Des ballades insouciantes (« Got to be there ») à des reprises rebondissantes de vieux morceaux de rock’n’roll (« Rockin’ Robin » de Bobby Day), ces titres ont aussi été des tubes.

Jusqu’au jour où ils ont quitté le label à la fin de l’année 1975, chaque single qui avait été enregistré pour Motown était entré au Top 10 R&B, et deux d’entre eux (« Never can say goodbye » en 1971 et « Dancing machine » de 1974) ont été n°1 de ce classement. Depuis lors, le groupe – rebaptisé The Jacksons avec le petit frère Randy qui a remplacé Jermaine, celui-ci ayant continué en tant qu’artiste solo chez Motown – a accumulé encore une demi-douzaine de tubes. Michael, cependant, a vendu plus de 30 millions de disques en tant qu’artiste solo.

Une glorieuse histoire, il est certain, de laquelle l’album que vous tenez entre vos mains n’est que le chapitre le plus récent. On dirait que quand Motown a déménagé ses bureaux il y a de cela quelques années, plus d’un carton de cassettes inédites ait été égaré, dont – écoutez bien – plus de 40 titres de Michael Jackson et des Jackson 5 !

La légende veut que ces cassettes aient mystérieusement atterri dans le dossier des Musik Makers Marocains, mais je n’y crois pas. Il se trouve que la paperasserie avait été dans le système depuis la fin de l’année 1972, début 1973, époque à laquelle ces chansons avaient été enregistrées à l’origine, mais les bandes originales avaient manifestement été mangées par un proche du monstre qui dévore mes chaussettes une par une dans mon linge.

La véritable surprise, cependant, n’était pas quand Motown a trouvé ces cassettes, mais quand elle les a écoutées. La valeur d’au moins un de ces albums était étonnamment de très bonne qualité. Bien sûr, il fallait quand même un peu les remasteriser, et rajouter des doublages, mais les vocalises de Michael étaient bien là.

Le plus important est que ces chansons donnent aux historiens de la pop et aux jeunes fans de Michael l’occasion d’entendre un chanteur désormais légendaire lorsqu’il cherchait encore son style.

La chanson-titre ensoleillée de l’album apporte le lien qui manquait entre le tube des Tymes ’61 « So much in love » et un travail plus mûr de Michael, comme « Human nature », pendant que le « Don’t let it get you down » a une étrange ressemblance avec les futurs travaux rock/funk du jeune homme.

Cependant, les deux reprises de l’album – « You’ve really got a hold on me » de Smokey Robinson & The Miracle et « Here I am (Come and take me) » de Al Green – montrent deux des influences principales du jeune Michael. Remarquez à quel degré il reproduit les couplets originaux de ces chanteurs, maniérisme pour maniérisme, inflexion pour inflexion – nombreux sont ceux qu’il conserve encore aujourd’hui.

Malgré le fait que sur « Melodie » Michael travaille sur un titre up-tempo néoclassique de « Motown » et que « Call on me » rappelle une chanson des Intruders à leurs débuts, une des causes du succès actuel du jeune homme est sa capacité à faire de la confection pop de la pure perfection. « Touch the one you love », le mélodramatique « To make my father proud » et l’effervescent « Girl, you’re so together » sont la preuve sonore des tentatives permanentes de Michael et de Motown d’élargir leur éventail artistique.

Manifestement, la stratégie a fonctionné. Tout comme Michael Jackson lui-même, votre appréciation pour cet album ira crescendo.

DON WALLER

Lien utile: Music On CD

Précommande sur amazon.fr

Comme nous vous l’indiquions dans nos précédentes infos à ce sujet, une exposition intitulée « Michael Jackson: On The Wall » en co-opération avec l’Estate, présente depuis le 28 juin à Londres l’influence que le Roi de la Pop a pu avoir sur l’histoire de l’art tel que la mode, la vidéo et naturellement la musique et la danse.

Des travaux de plusieurs photographes et autres sculpteurs y sont ainsi mis en lumière et l’on retrouve donc exposé, le travail d’artistes comme Andy Warhol, Paul McCarthy, David LaChapelle, Kehinde Wiley, Rashid Johnson, Isa Genzken, Candice Breitz, Grayson Perry ou encore Isaac Julien.

Cette exposition passera par Paris via le Grand Palais du 23 novembre 2018 au 17 février 2019 et la billetterie est dors et déjà ouverte. Pour se faire, il vous suffit de vous rendre sur le site officiel du Grand Palais et d’accéder à sa page spéciale prévue à cet effet.

Détails :

Michael Jackson On The Wall Grand Palais, Galerie sud-est du 23 novembre 2018 au 14 février 2019.

Plein tarif : 12 €
Tarif réduit : 9 €
Tarif tribu (4 personnes dont 2 jeunes de 16-25 ans) : 33 €
Tarif liberté (Entrée prioritaire et accès coupe file): 17€
Visite guidée du 28 novembre au 14 février (durée 1h30, français uniquement): 22€
Visite guidée en langue des signes le samedi 12 janvier 2019 à 10h30 (durée 2h): 7€ pour les personnes titulaires d’une carte d’invalidité.
Frais internet: 1€

Horraires :

Lundi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 10h à 20h.
Mercredi de 10h à 22h. Fermeture hebdomadaire le mardi.
Fermeture à 18h les 24 et 31 décembre 2018.
Fermeture anticipée à 18h le 23 novembre 2018.

accès : métro ligne 1 et 13: «Champs Elysées-Clemenceau» ou ligne 9 : «Franklin D. Rossevelt»

Présentation de l’exposition par le Grand Palais:

Exposition organisée par la National Portrait Gallery, Londres et produite à Paris par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, avec la coopération du Michael Jackson Estate.

Cette exposition explore l’impact culturel de la personnalité et de l’œuvre de Michael Jackson dans le champ de l’art contemporain des années 1980 à aujourd’hui.

Michael Jackson est l’une des personnalités culturelles les plus influentes du XXe siècle, et son héritage se poursuit au XXIe siècle. S’il a toujours été considéré comme une référence dans l’univers de la musique, des clips vidéo, de la danse et de la mode, son impact sur l’art contemporain n’a jamais été abordé et n’a jamais fait l’objet d’une exposition internationale comme celle-ci.

Près de dix ans après sa mort, l’héritage de Michael Jackson est plus vivant que jamais : ses ventes de disques, qui dépassent désormais le milliard d’exemplaires, continuent à augmenter, ses vidéos sont toujours aussi visionnées, et ses nombreux fans lui restent fidèles. Son influence et sa célébrité ne faiblissent pas, et les questions qu’il a soulevées en tant que phénomène social, en particulier du point de vue de l’identité, de la question raciale et de la célébrité, sont toujours d’actualité. En plus d’avoir battu tous les records de vente de disques, remporté de nombreux prix, participé à une multitude d’actions philanthropiques et fait tomber de nombreuses barrières culturelles,

Michael Jackson est également une des personnalités les plus représentées dans les arts visuels. Depuis qu’Andy Warhol a utilisé son image en 1982, une large palette d’artistes contemporains, de différentes générations et travaillant dans différents pays, ont fait de même. Pour la toute première fois, l’exposition Michael Jackson : On the Wall réunit les oeuvres de plus de 40 de ces artistes, des oeuvres issues de collections publiques et privées du monde entier, et inclut également de nouvelles oeuvres créées spécialement pour l’occasion.

Parmi les artistes présentés figurent Rita Ackerman, Dara Birnbaum, Candice Breitz, Marvin Gaye Chetwynd, Njideka Akunyili Crosby, Mark Flood, Isa Genzken, Maggi Hambling, David Hammons,
Lyle Ashton Harris, Jonathan Horowitz, Gary Hume, Rashid Johnson, Isaac Julien, David LaChapelle, Louise Lawler, Klara Liden, Glenn Ligon, Paul McCarthy, Rodney McMillian, Dawn Mellor, Lorraine O’Grady, Catherine Opie, Yan Pei Ming, Grayson Perry, Paul Pfeiffer, Faith Ringgold, Donald Urquhart, Kehinde Wiley, Hank Willis Thomas, Andy Warhol, Jordan Wolfson.

Les œuvres présentées dans l’exposition ont été réalisées dans des médiums très variés tels que la peinture, le dessin, la sculpture, la photographie, la vidéo ou la performance. Ces oeuvres sont
intégrées dans le contexte de la vie et de l’oeuvre de Michael Jackson avec le souci de faire émerger les enjeux culturels, sociaux et politiques qui ont marqué la trajectoire singulière de cet artiste afroaméricain hors norme en écho aux événements de son époque. Ainsi, l’exposition est organisée de façon chronologique pour permettre au public de suivre sa transformation, d’un jeune garçon surdoué à une légende mondiale. Elle est néanmoins ponctuée de salles proposant des thématiques transversales, prenant en charge les aspects esthétique, social ou politique auxquels les artistes se sont intéressés dans l’oeuvre de Michael Jackson. L’exposition tente de questionner l’ampleur et les raisons de l’impact de son oeuvre dans la culture actuelle, pourquoi et comment l’artiste continue d’avoir une influence sur de nouvelles générations d’artistes et de fans dans différents lieux du monde.

Cette exposition présentée à la National Portrait Gallery à Londres du 28 juin au 21 octobre 2018, le sera au Bundeskunsthalle de Bonn (de mars à juillet 2019) et à l’Espoo Museum of Modern Art en Finlande (d’août à novembre 2020).

La troupe DEEPINSIDE fait son grand retour sur la scène du SILO à Marseille le jeudi 12 juillet 2018 à 20h30 afin de rendre hommage à Michael Jackson.

En effet, la Mairie des deuxième et troisième arrondissement de Marseille vous invite à ce spectacle gratuit mais attention !!! Uniquement sur réservation au 04 91 55 35 87 ou 04 91 55 35 86.

Les billets seront alors à retirer à l’accueil de la Mairie sis au 2 place de la Major, 13002 Marseille.

Lien utile: Facebook.

Nous vous parlons depuis quelques mois de la sortie prochaine du livre Michael Jackson: All The Songs: The Story Behind Every Song, Every Video, Every Dance Move. Et bien sachez que « Michael Jackson, La totale » (Les 263 chansons et 41 clips expliqués) sera le titre de la version française de cet ouvrage annoncé pour le 10 octobre 2018. De son côté, la version anglaise s’intitulera finalement « Michael Jackson, All The Songs ».

Composé de 608 pages, ce livre dont les auteurs sont François Allard et Richard Lecocq que vous connaissez bien comme faisant partie de l’équipe du magazine JAM et anciennement Invincible mag, sera disponible au prix de 49,90€ chez Amazon.fr qui vous en propose la description suivante:

Présentation de l’éditeur:

Des premiers tubes avec les Jackson 5 jusqu’aux chansons posthumes, il ne fallait pas moins de 608 pages pour décrypter, analyser et expliquer l’intégralité des chansons de Michael Jackson et ses vidéos qui ont bouleversé l’industrie musicale de l’époque et inspiré les générations suivantes.

Après un début de carrière fulgurant au sein du boys band The Jackson 5, Michael Jackson a construit, étape par étape, sa carrière solo. Au début des années 1980 Thriller devient l’album le plus vendu de tous les temps. Le phénomène Michael Jackson ne s’arrêtera plus. Chanteur et danseur de génie, il est le symbole d’un métissage musical assumé et réussi qui permet de faire tomber certaines barrières raciales. Très souvent oublié ou trop rarement valorisé, le processus créatif de Michael Jackson est aussi fascinant que ses œuvres. Les chansons, les short films, les duos avec d’autres artistes ou son implication dans des projets cinématographiques reflètent son goût pour les défis musicaux et scéniques, et sa capacité à se renouveler.

Étayé de très nombreux témoignages de collaborateurs de la star, Michael Jackson, la totale lève le voile sur les secrets de fabrication, longuement gardés sous silence, des musiques et des images qui font partie du panthéon de la musique pop.

Biographie de l’auteur:

Passionné depuis toujours par la musique noire américaine, la Motown et Michael Jackson, François Allard est webmaster de mjstrangersite.com, site consacré à la carrière musicale de Michael Jackson, secrétaire de rédaction de la revue JAM consacrée à Michaël Jackson et secrétaire adjoint de l’association MJStreet. Il s’attache également à rechercher sans relâche les pressages méconnus qui contiennent des pépites musicales et alternatives.

Dimensions du livre: 21 cm x 27 cm.

Une vidéo avec quelques extraits de chansons inédites de Michael Jackson est apparue récemment sur internet à la fois sur You Tube et sur Facebook.

Si une fois encore, ces quelques extraits permettent de constater que des titres existent bien, certains d’entre eux laissent supposer que de bonnes chansons sont encore cachées dans les coffres.

Les titres des extraits que l’on a pu entendre sont :

  • Familly Thing
  • Someone Put Your Hand Out (demo)
  • Faces
  • Men In Black
  • Jane Is A Groupie
  • Throwing Your Life Away
  • Earth Song (demo)

Familly Thing est le titre de cette fameuse chanson prévue pour le film « Les Valeurs de la Famille Adams » et qui serait une première version de Ghosts. Prévue un temps pour l’album HIStory, elle ne vit jamais le jour.

Si tous le monde connait la chanson Someone Put Your Hand Out sortie officiellement, il n’en demeure pas moins qu’il existe une version démo de 1990 bien différente.

Faces, dont on entend un extrait d’un discours bien inspiré de Michael Jackson est un titre également prévu pour l’album HIStory mais malheureusement non retenu. Brad Sundberg, qui donne régulièrement rendez-vous aux fans du Roi de la Pop a joué ce titre dans ses séminaires.

Men In Black est une démo enregistrée pendant les sessions Dangerous et prévue à la base pour l’album Decade jamais édité. La chanson fut écrite par Michael Jackson après qu’il entendit parler du projet du film Men In Black.

Jane Is A Groupie est un titre inédit de l’album Dangerous dont les fans attendent avec impatience qu’il sorte un jour.

Throwing Your Life Away est un titre du début de l’année 1988 et non prévu pour l’album BAD.

La version d’Earth song est une démo datant de l’album Dangerous qui aurait été enregistrée dans les années 1990-1991.